Le passage auquel nous allons nous intéresser est le chapitre 25 du livre de 1Samuel qui nous parle d’une femme extraordinaire. Elle s’appelle Abigaïl (qui signifie ‘Mon père est joie’ ou encore ‘Père de l’enthousiasme’)

Abigaïl est une femme intéressante à découvrir car sa vie met en lumière de nombreuses clés qui peuvent nous aider en tant que femme. Notre partage portera donc sur son caractère et comment s’en inspirer pour devenir des femmes selon le cœur de Dieu.

Les versets 1 à 4 introduisent très bien le contexte et la saison dans laquelle s’est déroulée la scène.

Samuel, grand prophète et juge en Israël est mort. Cette situation n’est pas favorable pour David qui se retrouve en cavale. C’est un temps sombre en Israël, car Samuel en tant que prophète permettait de maintenir un certain équilibre dans le pays.

A cette époque, il y avait une activité annuelle qui était la tonte des moutons. C’était également l’occasion de grandes célébrations. C’est dans ce contexte que les hommes de David, en grande précarité, demandent de l’aide à Nabal le mari d’Abigaïl qui était un homme très riche. Les hommes de David se voient rejeter par Nabal, sachant qu’ils avaient par le passé protégé ses brebis et ses bergers. David, informé de la situation décide alors de détruire Nabal ainsi que tous ses biens, y compris sa famille.

Et si on s’arrêtait un instant afin de clarifier certains éléments qui nous permettront de comprendre la suite du passage :

  • Nabal signifie « fou » et la parole nous apprend qu’il est descendant de Caleb ; et donc issu de la tribu de Juda.
  • La Parole commence par présenter le caractère d’Agigaïl (une femme de bon sens intelligente et belle) ; ensuite celui de Nabal (un homme dur et mauvais). Cet ordre de présentation nous montre l’importance du caractère aux yeux de Dieu et nous enseigne que la force de la sagesse et de l’intelligence sera toujours au-dessus de la folie.

Au vu de ces premiers éléments, on pourrait se poser la question suivante : Comment un homme fou et une femme sage peuvent-ils habiter sous le même toit ? Selon les historiens, il s’agirait d’un mariage arrangé car cette pratique était très courante à l’époque ; le statut social et économique de Nabal ayant été un facteur important dans cette union. Quoi qu’il en soit, nous savons que les plans de Dieu sont au-dessus de ceux des hommes.

En poursuivant la lecture au verset 17, nous apprenons qu’un des serviteurs de Nabal ayant vu les hommes de David se faire refouler, relate l’histoire à Abigaïl en précisant comment David et ses hommes les ont protégés lorsqu’ils étaient en campagne. Il rappelle également le côté insensé de Nabal son chef (caractère visiblement répandu). Abigaïl fait donc une plaidoirie devant David, elle demande pardon pour son mari en apportant des vivres à David et à ses hommes. David écoute Abigaïl et il épargne ainsi sa famille du mal qu’il avait prémédité à leur encontre. Nabal ayant été informé de la démarche de son épouse, ne le supporte pas et finit par Mourir et Abigaïl épouse David.

Que pouvons-nous retenir de la vie de cette femme ?

La vision hébraïque d’Abigaïl est intéressante, elle nous révèle des points importants :

  • Abigaïl est considérée comme une intercesseuse car elle s’est tenue sur la brèche pour sa famille.
  • Elle est comptée parmi les sept femmes prophètes (Sarah, Myriam, Deborah, Anne, Abigaïl, Houlda, Ester)
  • Elle a préservé le trône pour David et a permis l’accomplissement de la prophétie sur le Messie. David étant de la tribu de Juda comme Nabal, l’atteinte à la vie de ce dernier aurait eu un impact sur la position de David en tant que Roi et peut être sur le plan de Dieu par rapport à la venue du Messie.

Pour conclure cette première partie, trois clés importantes sont à retenir :

  • La position de responsable : Lorsque Abigaïl s’est présentée à David, elle commence à s’exprimer en disant « A moi la faute… ». Dans une situation, si je me considère comme victime, je suis impuissante et si je suis impuissante, je ne peux pas agir.  En revanche, si je me positionne en tant que responsable (c’est-à-dire actrice), je me donne les moyens d’agir en récupérant les clés. C’est dans cette attitude qu’Abigaïl a agi, ce qui lui a permis d’avoir les clés pour agir dans sa situation.
  • Être responsable c’est également décider de se lever ; et lorsque je me lève, les chaînes qui m’avaient lié tombent.
  • L’intercesseur se place toujours entre Dieu et la personne en faute afin d’obtenir miséricorde. C’est dans cette attitude que le Seigneur nous appelle à prier pour nos proches, mais également pour les personnes qui nous ont causé du tort.

Bonne lecture !

Catégories : Femmes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *