La victoire sur la passivité

Josué 15 : 16-19 / Juges 1 :12-15 — > Caleb dit : « Je donnerai ma fille Aksa pour femme à celui qui attaquera Quiriath-Séfer et qui prendra cette ville. ». Othniel, fils de Quenaz, le frère de Caleb, prend la ville, et Caleb lui donne sa fille en mariage. Quand Aksa arrive près d’Othniel, elle lui dit « Demande donc un champ à mon père ! » ensuite, elle descend de son âne. Caleb lui demande « Qu’est-ce que tu veux ? ». Elle répond « Sois bon pour moi. Donne-moi des points d’eau. En effet, la région que tu m’as donnée ; au sud, est très sèche. » Alors Caleb lui donna les sources d’en haut et les sources d’en bas. Version Parole vivante

Juste pour replacer le contexte de ce passage : Caleb et Josué sont les deux espions qui avaient rapporté un témoignage favorable après 40 jours d’espionnage de Canaan sous la direction de Moïse. Le Seigneur leur avait fait la promesse qu’ils entreraient dans la terre promise contrairement aux dix autres. Caleb était de la tribu de Juda.

Une fois arrivé à Canaan, Juda fait partie de la première tribu qui reçoit son héritage et dans la lignée de la promesse, Caleb reçoit son territoire. Territoire dont il doit s’emparer en remportant le combat contre les occupants. Chose que Caleb parvient à faire, mais pas en totalité. Il promet donc de donner sa fille pour femme à celui qui attaquerait et prendrait la ville de Quiriath-Séfer ; Othniel son neveu parvient à la prendre et en échange de cette belle victoire, il reçoit Aksa comme épouse. 

  1. Aksa possédait une terre 

La parole nous dit qu’Aksa avait reçu de son père une terre (ou encore un territoire) ; nous ne savons pas s’il s’agit de la demande faite à Othniel ou si cet héritage lui a été donné à un autre moment. Chose étrange car selon la loi de Moïse, seuls les hommes possédaient des terres et pas les femmes ; sauf dans les cas exceptionnels lorsqu’il n’y avait pas d’hommes dans lignée familiale. Ce qui n’est pas explicite dans le cas de Aksa.

Ceci dit, ce premier élément nous montre déjà que c’est une femme audacieuse et courageuse et qui ne se conforme pas à la norme.

  1. Aksa demande à son père des points d’eau

Elle ne se contente pas uniquement de la terre, mais elle va plus loin et demande des sources d’eau. La Parole nous dit que la terre dont elle a hérité est sèche. Une terre en possession c’est bien, mais avec des sources d’eau c’est mieux car c’est ce qui donne la valeur à la terre.

Dans l’ancien testament les sources d’eau ont fait l’objet de plusieurs conflits et ce depuis Abraham. En effet, les peuples ont compris l’importance d’avoir de l’eau car l’eau c’est la vie ! l’eau leur permettait de vivre, de nourrir leurs animaux, d’irriguer la terre afin qu’elle produise du fruit en sa saison, etc. L’eau est l’élément principal et indispensable pour tous êtres vivants!

Aksa, tout en étant reconnaissante de ce qu’elle a reçu, ne s’arrête pas là ; elle demande ce qui lui permettra de valoriser le don (la terre). Et elle reçut des points d’eau comme demandé.

  1. Que pouvons-nous retenir ? 

Il est intéressant de voir ici qu’Aksa s’adresse à Son père ; ce qui nous permet de comprendre que nous avons également un père terrestre, mais SURTOUT un père Céleste à qui nous pouvons tout demander. Jésus nous dit dans Jean 16 :24 «Jusqu’à présent vous n’avez rien demandé en mon Nom. Demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit parfaite.»

  • Aksa ne s’est pas conformer à la tradition, ni à la loi et elle a osé demander. Nous également, nous devons faire preuve de courage, aller au-delà de la pensée commune ou des idées préconçues et oser demander à notre père Céleste.
  • Elle aurait pu demander plus de servantes, de brebis, bref des choses matériels ; mais elle s’est concentrée sur ce qui était essentiel. En effet nous pouvons demander de multitudes choses à Dieu et Il nous les accordera parce qu’Il est fidèle ; mais nous ferons véritablement Son plaisir lorsque nous lui demanderont les choses essentielles qui contribuent à développer notre relation avec Lui.
  • De la même manière qu’Aksa a cru en son Père, nous devons croire en notre Père Céleste et en Son fils Jésus, qui nous dit ceci dans Jean 7 : 38 « Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive couleront de son sein, comme dit l’Ecriture». La volonté du Père est de voir ces sources jaillir de nous ; c’est le résultat de la relation que nous avons avec Lui qui fait grandir notre confiance en Lui et fait jaillir cette vie.

Aksa signifie « anneau pour la jambe ou pour la cheville », comme une esclave et Othniel « Dieu est puissant ». Dans sa position d’esclave, elle a rencontré le Dieu puissant ! De la même manière qu’Othniel a risqué sa propre vie dans le combat pour l’avoir comme épouse, Christ s’est donné pour nous (pour Son église, pour toi, pour moi) pour que nous soyons Son épouse. 

Avec la conscience de cette grâce exceptionnelle, recherchons plus que tout à vivre pleinement cette relation avec Lui et osons Lui demander !

Catégories : Femmes

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *